Partitions et fstab

Après une installation de knoppix, la plus part du temps, les accès aux différentes partitions de votre disque dur, ont disparu du bureau. Le fcihier /etc/fstab, gère (en gros) vos partitions (Linux et non-linux). Lorsque vous utilisez knoppix à partir du Cdrom, il vous donne accès à ces partitions. Mais une fois installé, vous devez avoir des « droits d'accès » (mot de passe root, par exemple). Sans doute est-ce par sécurité.



Partitions

Les partitions sont représentées par 4 caractères (voir 5, mais c'est moins courant, sauf pour les très gros disques dur) :

hda1 ; hdb3 ; sda2 ...

Les numéros des partitions commencent à partir de 1, mais ceux des périphériques commencent à partir de zéro.





hda1



hd

Signifie Hard Drive (anglais) qui désigne en français, le Disque Dur et de type IDE


a

Le premier disque dur ; b pour le second ; c pour le troisième ; ...


1

Première partition ; 2 pour la seconde ; ...



hda désigne le disque en lui-même


Ex: hdb3

Désigne la troisième partition du 2e disque dur IDE de votre machine



Plus généralement :



/dev/hda = disque dur IDE maître primaire



/dev/hdb = disque esclave primaire



/dev/hdc = maitre secondaire



/dev/hdd = esclave secondaire



Ceci est aussi valable avec /dev/sd... pour les disques dur SCSI


sda1



sd

Disque dur SCSI - pour a et 1 voir ci-dessus



Cela peut être également un périphérique de stockage USB (voir ci-dessous)



Si vous n'avez qu'un seul périphérique de stockage SCSI ou USB, quel qu'il soit, il s'appellera toujours sda0. Suivant les distributions, il peut aussi être nommé /uba...


scd1



scd

Lecteur de Cdrom SCSI


1

Le second périphérique : car en SCSI, il y a des numéros, du fait de la possibilité de mettre plusieurs périphériques les uns derrières les autres. Cela permet au système d'exploitation de faire la différence entre les uns et les autres. Ce numéro peut donc varier suivant le nombre de périphériques du même type connectés à la machine.

Il est à noter que l'absence de numéros avec l'USB pose parfois des problèmes d'identification pour le PC (pour Windows), mais assez peu pour Linux, qui émule l'USB en SCSI ( « fait croire à l'ordinateur » ).


fd0

Dans la même logique, désigne le premier lecteur de disquette





Modifier fstab pour créer un accès à un périphérique ou une partition





Ouvrir une console shell (xterm)


Taper su (super utilisateur) puis le mot de passe root.

Taper ensuite mc et (Entrée) pour ouvrir Midnight Commander (gestionnaire de fichiers, éditeur, ...). Chercher le fichier /etc/fstab et l'éditer F4


Dans ftab, les lignes qui commence par # ne sont pas actives. Celle où se trouve le trait rouge (3ème en partant de la fin), devrait commencer par /dev/hda1 pour votre partition Windows. Par défaut, après installation, elle commence par # . Pour la rendre active, effacez le # puis enregistrez le fichier (F2) et quittez le (F10).

Vous pouvez écrire une ligne d'accès à partition windows comme suit :

/dev/hda1 /mnt/hda1 vfat noauto,rw,users,exec 0 0

vfat = système de fichier FAT (commun au système windows 95, 98 et sur lequel Linux peut écrire)

rw = read/write c'est à dire lecture/écriture qui est indispensable pour créer, enregistrer des fichiers sur cette partition

Les deux 0 en fin de ligne servent à lancer des procédures de contrôle


Si votre partition Windows (ou celle qui vous intéresse) n'est pas /dev/hda1, remplacez hda1 par la bonne ...

Sans quitter MC, allez maintenant dans /mnt et vérifiez que le sous-répertoire /hda1 existe. Sinon, créez le avec la commande mkdir (F7) en tapant ensuite hda1 , puis quittez MC (F10) et fermez la console.


Sur le bureau de KDE, faites un clic droit, puis dans le menu qui s'ouvre, cliquez (gauche) sur Nouveau, puis sur Disque dur.


Nommez le fichier (Windows, par exemple) sur l'onglet « Général ». Sur l'onglet « Périphérique », cherchez dans le menu, /dev/hda1. Et validez (OK).


L'icône de votre partition est sur le bureau. Vous pouvez en cliquant dessus (droit), vous pouvez Monter ou Démonter la partition (Monter=avoir accès). Un clic gauche ouvre une fenêtre Konqueror (explorateur de fichier de KDE).


Une fois l'icône créée, si vous voulez pouvoir écrire sur la partition, vous devez changer les droits d'accès / Permissions de celle-ci (à faire en plus de la modification du fichier fstab comme vu précédemment).

Faites un clic droit sur l'icône de la partition et choisissez Propriétés. Puis cliquez sur l'onglet Permissions (aussi nommé Droits d'accès) et cochez la première case de la colonne Ecriture et de la ligne Utilisateur. Vous pourrez désormais écrire sur cette partition.



Sommaire

www.archilinux.org

mars 2004